Dans notre programme pour Montauban, nous portons la proposition d’un véritable tiers lieu pour la ville, ambitieux, résolument tourné vers l’avenir: une plateforme collaborative, un espace d’exploration technologique, culturelle et artistique, un lieu ouvert intégrant des espaces verts… Montauban possède plusieurs friches industrielles qui pourraient servir de magnifiques écrins pour un tel projet.

La municipalité sortante porte un projet de « tiers lieu à minima » qu’elle implanterait à la Maison du Peuple, la vidant par la même occasion de ses occupants et privant les associations de la seule salle capable d’accueillir leurs opérations d’envergure en centre-ville (lotos, braderies, pièces de théâtre, projections de films, bals, expositions, etc). Lors du dernier conseil municipal, voici la réponse que j’ai faite à ce sujet :

« Votre projet de « tiers lieu » n’est pas ambitieux, il paraît même au regard de sa situation architectural et géographique contre-productif. Un tiers lieu a pour base fondamentale, certes une structure inscrite au cœur de la cité, mais surtout et avant tout, une architecture vaste, ouverte, qui permet à tous les publics d’y circuler librement et de façon fluide afin d’y favoriser les échanges, les partages de savoir. De plus, s’y mêlent le plus souvent une dimension écologique avec des espaces verts, des jardins partagés par exemple, et une dimension culturelle et artistique, avec des espaces de création, de répétition, de diffusion… Or la Maison du Peuple ne possède aucunement une architecture adéquate au développement d’un tiers lieu. Vous donnez le nom de tiers lieu mais ça n’en a pas l’envergure !
Chaque tiers lieu a une identité spécifique qui contribue à la notoriété du territoire sur lequel il est implanté, comme par exemple le 104 à Paris, la Belle de Mai à Marseille, l’espace Darwin à Bordeaux, Mix’art Myris à Toulouse, le Lieu Unique à Nantes, etc…

Si néanmoins votre souhait est seulement d’implanter un espace d’accueil numérique, un fablab, un laboratoire des usages, et un espace de co-working, en centre-ville, alors la rue Mary Lafon, totalement désertée, vitrifiée, depuis votre opération d’il y a 6 ans, paraît toute désignée. Tous ces « modules » pourraient s’établir côte à côte et de plein pied à proximité du théâtre et de la petite comédie. Une vie culturelle innovante et de quartier pourrait ainsi s’envisager.

En revanche, ce bâtiment historique, clairement identifié comme patrimoine des Montalbanais, et qui porte bien son nom la « Maison du Peuple », fermé depuis plus d’un an, crée un manque évident à la vie du centre-ville. Nombreuses sont les associations qui œuvrent au quotidien « au bien vivre ensemble », et qui ne bénéficient d’aucune grande salle en centre-ville pour pouvoir mener à bien leurs activités.

En définitive, votre projet semble être un prétexte à l’expulsion de la présence historique des activités syndicales et associatives du centre-ville. Ce que je déplore. »

Arnaud Hilion, tête de liste de l’alternative pour Montauban

Partagez sur les réseaux sociaux :